• Depuis quelques années, le lobby des énergies renouvelables reste crispé sur une seule filière, celle qui permet de faire beaucoup d’argent tout de suite sans lendemain. Contrôlé par seulement 9 fabricants, tous étrangers, il propose un seul modèle d’éoliennes alors qu’il en existe 14 !!! Les structures sont gérées par des lobbyistes et financiers professionnels ayant peu de rapport avec l’énergie, venant des cabinets d’avocats d’affaires ou de fonds de pension. Ce qu'on ignorait, c'est que cette filière est aussi très polluante. Même Emmanuel Macron s’est rendu compte de la supercherie en déclarant à Pau en janvier 2020 que la coupe était pleine, face au mécontentement général. Le nouveau schéma d'Emmanuelle Wargon vole en éclats.

    Les éoliennes polluent et elles polluent énormément !!!

    Un désastre écologique et environnemental est révélé par une inspection générale interministérielle effectuée en mai 2019,  véritable bombe écologique, encore trop confidentielle.(CGEDD 012673-01)

    3 immenses problèmes techniques et un gros souci financier.

    Depuis dix ans , un subterfuge avait exclu des contraintes environnementales les socles des éoliennes en béton de plusieurs milliers de tonnes chacun. Cette mesure est d’une part contraire aux Directives Européennes, et surtout, les experts confirment que ces immenses socles en béton polluent énormément le sous-sol à terme et notamment les ressources en eau. Les propriétaires qui louent leur terrain ne sont ni informés ni indemnisés et vont se retrouver avec des terrains pollués inutilisables et même responsables de ces pollutions !!! Une réponse ministérielle à la question d’un parlementaire le reconnaît depuis 2018.

    Les pales des éoliennes sont en matériaux de synthèse et résine et n’ont qu’une durée de vie limitée de quelques années. Leur renouvellement périodique crée actuellement un gisement de 200 000 tonnes de déchets difficiles à recycler. Les promoteurs éoliens n’ont rien fait depuis 15 ans pour prévenir ce problème. Bien pire, ils s’apprêtaient à refiler ces déchets dans la filière publique subventionnée. Le Ministère des Finances prévient qu’il n’en est pas question et que les promoteurs doivent prendre ce coût colossal à leur charge, ce qu’ils n’ont pas prévu. Des stockages discrets existent déjà un peu partout, et même des destructions sauvages très polluantes. De plus, on enregistre de nombreuses maladies professionnelles et cancers chez les fabricants de pales soumis à des délais rapides pour plus de profits.

    5 milliards de profits mais un trou de 12 milliards

    C’est là où le problème financier intervient : obsédés par les profits, les promoteurs éoliens ont encaissé les subventions des tarifs élevés en bénéfices alors qu’ils devaient couvrir ces coûts environnementaux. Les provisions de démantèlement sont ridicules quand elles existent, souvent de l’ordre de 50 000 euros, au moins dix à quinze fois moins que nécessaire…. Il existe aux USA 14 000 éoliennes abandonnées rouillées en pleine nature par les fonds de pension à cause de ce problème. Ces mêmes propriétaires possèdent 80 % du parc français éolien !….. car les promoteurs ne gardent pas la propriété de leurs éoliennes dès la mise en service.

    Dernier point au moins aussi important que le problème de l’amiante : les alternateurs des éoliennes sont élaborés à base de lanthanides, ces terres rares spéciales qui dopent les aimants. On connaît déjà le gros problème des ordinateurs et téléphones portables pour quelques grammes. Il peut y en avoir 200 kg par éolienne !!! De plus, avec l’usure, ces matériaux sont dispersés au vent à 100 m de haut jusqu’à 40 km à la ronde. Là encore, rien n’est prévu pour le moment. Leur extraction produit deux fois plus de déchets toxiques radioactifs que les combustibles nucléaires !! Un comble !!!

    Source :

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Augy pour Tous

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  • La rue verte

    La suppression de la plate-bande, plantée d’hortensias, le long de l’église, a pour conséquence, lorsqu’il pleut, de l’apparition d’une zone verte glissante sur le revêtement en béton désactivé. Ce parterre, placé derrière la barre aux chevaux, avait bien une fonction utile, une pensée pour nos anciens qui étaient pleins de bon sens.

     

    La rue verte

    La rue verte

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La rue verte

    La rue verte

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    7 commentaires
  •  

    Le dimanche 19 janvier, la ferme-auberge des Pirodelles, accueillait l’association « Générations Mouvement, Club de l’Amitié d’Augy-sur-Aubois » à l’occasion de son repas annuel. Pour les membres du club ce moment de convivialité est aussi l’occasion de renouveler leur adhésion.

    Moins nombreux qu’à l’habitude, la Présidente Madame Berthe Roche, au cours de sa petite allocution, a excusé les absents pour la plupart souffrants, a fait le bilan de l’année écoulée, et a fait part de son souhait de ne pas se représenter lors de la prochaine assemblée générale.

    Puis une minute de silence a été observée en mémoire de Monsieur Émile MONNET, ancien maire d’Augy-sur-Aubois de 1983 à 2008, qui a toujours apporté son soutien à l’association.

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Dimanche 15 décembre, au centre socioculturel, trente-quatre équipes ont participé au concours de belote de Noël organisé par le Club de l’Amitié. En plus des magnifiques lots à remporter, deux superbes corbeilles offertes par Bi1 et Intermarché de Sancoins étaient mises en jeu à la tombola. La Présidente Madame Berthe ROCHE s’est montrée satisfaite du bon déroulement de cet après-midi.

    Résultats : 1er et 1re équipe féminine Lisette et Simone 5291 pts, 2e Christian et Daniel 5140 pts, 3e Claudette et Bernadette 5046 pts, 4e Josette et René 4947 pts.

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Samedi 23 novembre, la salle des fêtes n’a malheureusement pas fait le plein pour le dernier concours de belote de l’année organisé par l’Association Chorale et Musique. Pas de quoi décourager les organisateurs qui ont tout mis en œuvre pour que les dix-huit équipes présentes se rencontrent dans une sympathique ambiance.

    Résultats : 1er Chantal et Renaud 4502 pts, 2e et 1re équipe féminine Nadine et Nadine 4501 pts, 3e Annie et Jackie 4479 pts, 4e Christiane et Jean-Paul 4434 pts.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    C’est sous un ciel clément, qu'Élus et habitants se sont recueillis devant le monument aux morts pour la cérémonie du 11 novembre, Jour anniversaire de l’armistice, et depuis 2012, l’occasion d’honorer tous les morts pour la France. 

    Faisant suite au dépôt de gerbe et à la lecture des discours officiels, celui de Madame la Secrétaire d’État auprès de la Ministre des armées, prononcé par Madame le Maire, et le message de l’Union Française des Associations de Combattants et de Victimes de guerre lu par deux jeunes collégiennes, Cloé et Emma. Chaque nom, des hommes du village, tombés pour la patrie, a été prononcé à haute voix. Cet hommage n’a rien d’anodin, car comme a dit Antoine de Saint Exupéry « un homme n’est jamais tout à fait mort tant qu’il y a quelqu’un pour prononcer son nom ».

    À la fin de ce moment de recueillement, les participants se sont retrouvés autour du pot offert par la municipalité.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  Plantation de Poiriers à fleurs au centre du bourg

     

    Le poirier à fleurs est un arbre d'ornement pouvant mesurer 15 à 20 m de hauteur et qui, notamment sa variété Chanticleer, revêt en automne une belle couleur rouge vif.

     Le poirier à fleurs, arbre d'ornement. © Domaine public

    Appellations

    Le poirier à fleurs (Pyrus calleryana) appartient à la famille des rosacées. On l'appelle également « poirier de Chine ».

    Le port de cette espèce est conique et étroit lors de son jeune âge, avant de devenir pyramidal. Son écorce écailleuse est brun rouge foncé. Ses feuilles caduques et alternées sont brillantes, vert foncé, mesurent de 4 à 7 cm de longueur et disposent d'un long pétiole. Ses fleurs blanches, légèrement malodorantes, mesurent 2 à 3 cm de diamètre, comprennent 5 pétales et apparaissent au début du printemps avant les feuilles. En automne, ses petites poires ovoïdes, de 1 cm de diamètre, d'un coloris brun rouge tacheté de blanc, sont très appréciées des oiseaux. Ces fruits se ramollissent après une période de gel, mais restent très aigres et sans intérêt gustatif.

     Pyrus calleryana. © Photozou

    Origines

    Le poirier de Chine est originaire de Corée et du Japon. Il doit son nom à un missionnaire français, Joseph-Marie Callery, qui l'a introduit en Europe en 1858.

    Exigences culturales du poirier à fleurs

    Bien rustique, cet arbre résiste au froid comme à la chaleur. Il apprécie le plein soleil, mais accepte la mi-ombre. Peu exigeant, il s'adapte à tous les types de sols, sauf s'ils sont trop calcaires ou superficiels. Il supporte à la fois les terres sèches ou gorgées d'eau.

    Utilisation

    Le bois de cette espèce est assez cassant et on ne l'utilise pratiquement pas. Son seul usage reste la décoration des jardins, malgré son parfum assez désagréable.

    Auteur : Michel CARON

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Samedi 5 octobre, la soirée choucroute du Comité des Fêtes a fait le plein du centre socioculturel. Les assiettes, préparées par « Resto-mobil », étaient copieusement garnies. Et les danseurs ont été nombreux sur la piste grâce à l’orchestre « Christy-Bell », qui a animé avec entrain la fête.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un grand merci aux bénévoles qui du vendredi matin au dimanche midi ont assuré, en fonction de leurs disponibilités, le bon déroulement de cet événement.

     

    Crédit photos : Monique PETIT-JEAN

    Partager via Gmail

    votre commentaire